La Journée Mondiale du SIDA a été célébrée ce mardi 1 er décembre 2020. La Fondation PROSMI
en collaboration avec l’ambassade de la République Populaire de Chine a procédé en cette
occasion à la remise de livrets d’information et de sensibilisation sur le sida aux Directions
Communale de l’Education de Conakry. Des vivres ont été également offerts aux Associations de
Personnes Vivant avec le VIH/Sida(PVVIH)
Pour cause de Covid 19, c’est dans la sobriété qu’a été célébrée la Journée Mondiale du Sida ;
Placée sous le thème : « Solidarité mondiale et responsabilité partagée » la cérémonie a eu lieu
dans l’enceinte du « Jardin 2 octobre » dans le respect des gestes barrières. C’était en présence
de la représente de l’0nusida, de l’inspectrice Régionale de l’Education de la ville de Conakry,
du Représentant du CNLS et des envoyés du REGAP+.
Après le Centre Medio Communale (CMC) de Matam en 2018 le Lycée Donka et le CMC
Ratoma en 2019 où des dons ont été offerts, PROSMI et sa partenaire ont distribué des livrets
de sensibilisation sur le sida aux élèves de la capitale par l’entremise de l’inspectrice Régionale
de l’Education de la ville de Conakry Madame Leontine Cissoko. Les associations de PVVIH ont
reçu des vivres composés de sacs de riz et de bidons d’huile.

Au terme de la cérémonie, le Directeur Exécutif de la Fondation PROSMI, Karfalla Kaba a
expliqué l’engagement de la fondation et l’ambassade de la République Populaire de la Chine en
Guinée, dans la lutte contre le VIH/SIDA.
« Le VIH/SIDA est une maladie qui sévit depuis plusieurs décennies. Et, depuis 2011 ; à la
création de PROSMI, nous avons décidé de lutter dans ce domaine. Cette année, vous
constaterez une différence stratégique due à la pandémie du coronavirus. C’est ce qui nous a
amené à intervenir dans le domaine de l’éducation parce que la maladie de coronavirus a trop
impacté sur la sensibilisation. En confectionnant des livrets, nous avons l’intention de profiter
de la rentrée scolaire d’aujourd’hui, pour continuer à informer les élèves, qui constituent une
couche très vulnérable. Dans le thème de cette année, vous retrouverez la solidarité mondiale,
quoi de plus noble, nous joignons à cette chaine de solidarité en faveur des personnes vivant
avec le VIH. Puisque, nous savons que ces personnes sont dans une situation difficile»

Mme Léontine Cissoko, Inspectrice Régionale de l’Education de la Ville de Conakry, a apprécié
le combat mené par la Fondation PROSMI, en collaboration avec l’ambassade de la République
de la Chine en Guinée
«  Aujourd’hui, on est dans le conteste de lutte contre le coronavirus, cela ne doit pas nous en
passer de la lutte contre le VIH/SIDA. C’est une pandémie qui existe depuis longtemps, et cette
pandémie continue à faire des dégâts. Si aujourd’hui, la communauté internationale et
nationale, à travers la célébration du VIH, interpelle l’opinion internationale et nationale, pour
qu’on puisse avoir une solidarité mondiale, comme on l’a fait dans la lutte contre le
coronavirus. Aujourd’hui, il y a des grands progrès dans cette lutte. Si cette même solidarité
mondiale se traduisait dans la lutte contre le VIH/SIDA, je pense qu’on allait faire un progrès
d’ici 2030 », a estimé Adama Camara, chef de département-partenariat et société civile au
secrétariat exécutif du comité national de lutte contre le SIDA.

Pour le Dr Haba, point focal organisation société civile, les vivres distribués aux personnes
vivant avec le VIH/SIDA par la Fondation PROSMI et l’ambassade de la République Populaire
de la Chine en Guinée, prouve à suffisance que tout le monde est appelé de venir en aide aux
populations. « C’est le moment de remercier la première dame et l’ambassade de la Chine. Et,
voyant le thème de cette année ‘’ Solidarité mondiale et responsabilité partagée’’, prouve à
suffisance que tout le monde est appelé à venir en aide aux populations vulnérables. C’est ce qui
est déjà fait par la Fondation PROSMI. Nous remercions cet effort de la Première Dame », a-t-il
dit.
Au nom des bénéficiaires, Mme Kolié Hawa a remercié la Première Dame, qui a pensé cette
année aux personnes vulnérables, qui vivent avec le VIH. « Je pense bien que pour la
célébration de la journée mondiale du SIDA, les malades seront soulagés et diminuera la
stigmatisation à travers ses vivres ».